samedi, juin 11, 2011

Futur en Seine 2011 : que la fête commence !






Vendredi prochain, 17 juin, nous lancerons officiellement l'édition 2011 du Festival Futur en Seine, initié par Cap Digital en 2009.  J'espère qu'on se retrouvera nombreux à l'inauguration, au passage de l'Innovation.

Futur en Seine 2011, c'est Futur en Seine au carré : plus de prototypes, plus d'événements, plus d'invités. C'est une ouverture internationale exceptionnelle, en partie appuyée sur le Futur en Seine on tour qui a permis à nos prototypes de faire escale à Amsterdam, au Japon, en Chine et en Corée. Dix délégations internationales, des conférenciers du monde entier, un souffle exceptionnel...

Pendant 10 jours, plus d'une centaine d'événement, de fêtes, de conférences, de rencontres d'affaires, d'expositions vont mettre Paris, Saint-Denis, Issy-les-Moulineaux, Montreuil et autre au diapason de la révolution numérique.

J'attend beaucoup, personnellement, des conférences internationales, des prototypes du futur, du Village des innovations et de la fête de clôture. Mais il y aura tant à voir ! Il y aura de quoi nager dans le numérique du matin au soir, chacun selon ses goûts. Pour ma part, je pense passer à Pas Sage en Seine dont je garde de si bons souvenirs, et me balader beaucoup en soirées. Et j'ai déjà visité l'exposition "objet(s) du numérique" au passage de l'Innovation.

Pourquoi Cap Digital, pôle de compétitivité travaillant sur le développement économique, a-t-il jugé indispensable de se lancer dans un tel événement ? 



Pour des raisons essentielles, étroitement liées à notre stratégie d'innovation pour le numérique.

Comme le savent bien les lecteurs de ce blog, notre action est fondée sur un socle de convictions qui nous guident :

- le numérique n'est pas un secteur industriel à part, c'est un processus de transformation économique et sociale complète, comme la Révolution industrielle en son temps ;

- cette transformation conjugue et confronte des stratégies d'innovation multiples, parfois centrées sur la recherche technologique, mais bien souvent aussi sur la relation aux utilisateurs, l'innovation de service, les relations sociales ;

- ce mouvement est un mouvement collectif. Si ses acteurs sont souvent guidés par leur désir d'entreprendre, voire par leur ambition personnelle (bien légitime), ce sont leurs interactions, leur dialogue, leurs réponses mutuelles qui créent la force de cette transformation ;

- il n'est donc pas de puissance numérique qui ne soit pas d'abord fondée sur la puissance d'un écosystème ;

- plus que jamais, les publics et les citoyens sont partie intégrante de ces écosystèmes : la révolution numérique ferme la parenthèse historique de la consommation de masse fondée sur le marketing de masse, et ouvre un mouvement de cocréation avec les publics.

- La proximité avec ses publics, la capacité à l'engager dans son innovation, la vitesse d'accès au plus grand nombre, l'ambition du geste innovant, la visibilité de sa propre créativité, la puissance d'attractivité de son territoire sont donc aujourd'hui des besoins stratégiques essentiels, aussi important que l'accès aux technologies ou aux capitaux.

C'est pourquoi nous avons imaginé cet événement collectif, profus, divers, joyeux et créatif.

Futur en Seine, c'est à la fois un événement populaire, festif et prospectif et un projet de développement des entreprises; Futur en Seine ce sont des colloques de très haut niveau, mais aussi des expositions et des fêtes. Futur en Seine travaille la visibilité et l'attractivité du territoire, mais aussi sa vision collective, sa fierté et sa capacité d'innovation. Futur en Seine vise à sensibiliser le public, les médias ou les politiques à la transformation numérique, mais aussi à les solliciter, à les écouter et à les entendre.

Comme le disait Jean-Pierre Cottet, à qui revient l'idée de cette initiative : "c'est en allant vers le public que nous sommes les meilleurs". Nos entreprises sont celles du jeu vidéo, du cinéma, des services innovants, de la robotique, du logiciel libre... Elles ont le sens et le goût du spectacle. Elles excellent quand on leur procure une scène.



Ce faisant, nous travaillons la force de notre collectif

Futur en Seine, ce sont donc des rencontres.

La première édition du festival a montré l'importance de cette démarche. Près d'un million de visiteurs. Près de 100.000 personnes ayant pris en main nos prototypes ou nous expériences. Des centaines d'articles de presse sur nos technologies et nos PME. Ce fut un beau démarrage.

Mais surtout, il nous a convaincu de l'importance de cette démarche pour le sens de notre collectif. Futur en Seine, ce furent d'innombrables rencontres qui ont donné naissance à d'innombrables aventures. Des idées imprévues, de nouvelles collaborations...

Mais je crois surtout que ça fut beaucoup plus. Pour notre "famille" (plus d'un milliers d'entreprises, plus de 300 laboratoires, associés directement ou indirectement, forment aujourd'hui le coeur de la communauté Cap Digital), Futur en Seine fut une occasion de se rencontrer, joyeusement, de se sentir membre d'une aventure collective de premier plan mondial, de gagner imagination, en confiance en nous, en audace et en ambition.

Alors cette année, on remet ça. Et j'annoncerai vendredi que nous allons en faire une manifestation annuelle. Parce que notre écosystème numérique est capable de cela : rassembler des créateurs du monde entier, échanger avec toute sortes de publics, inventer l'avenir avec un sens du design, de l'intérêt général, de l'harmonie sociale.


Aucun commentaire:

Publier un commentaire