lundi, août 18, 2008

L'Afrique : dernière province de l'Empire du milieu ?

La Chine dérange. Nous ne savons pas la penser. Pays du Sud qui réussit, pays communiste qui maîtrise toutes les ficelles du capitalisme, nation de paysans et d’ouvriers qui inonde le monde de produits bon marchés, mais qui excelle aussi dans les biotechnologies et réussit à envoyer un homme dans l’espace.

Ce que nous ne réussissons pas à penser, nous le rejetons. Nous oublions ainsi cette réalité bien simple : civilisation millénaire, puissance hors norme, la Chine veut jouer un rôle de tout premier plan dans les affaires du monde. Elle s’y prépare et s’y emploie. Et elle dispose, désormais, des moyens de ses ambitions.


C’est l’un des intérêts de ce livre de Serge Michel, correspondant en Afrique de l’Ouest du Monde, de Michel Beuret, chef du service étranger de L’Hebdo (Suisse) et de Paolo Woods, photographe et grand reporter : il oblige à regarder la réalité en face. Un an d’enquête dans plus de quinze pays d’Afrique comme en Chine, des entretiens, des images saisissantes, des récits de vie mais aussi des faits, des données et des chiffres implacables obligent à prendre acte de cette nouvelle réalité : la Chine est devenue, en quelques années, un acteur majeur en Afrique. Elle s’y implante, elle y commerce et y rencontre un certain succès. Elle déploie une démarche construite, y consacre des moyens importants et le fait au nom d’impératifs stratégiques vitaux. Il existe désormais une Chinafrique et elle a sans doute une influence bien supérieure à celle de feue (?) la Françafrique.

Huit Chinois pour un Français

Les faits et chiffres qui émaillent ce Chinafrique sont sans appel. Alors que la France, comme la plupart des pays occidentaux, se désengage humainement et commercialement de l’Afrique, alors que le nombre de Français sur le continent a baissé de 25 % en 20 ans pour atteindre 110 000 personnes environ, la présence Chinoise s’y développe de manière accélérée. Entre 500 000 et 1 million de Chinois vivent désormais en Afrique. "Le commerce bilatéral entre les deux régions a été multiplié par cinquante entre 1980 et 2005, il a quintuplé entre 2000 et 2006, passant de 10 à 55 milliards et devrait atteindre 100 milliards en 2010. En 2007, la Chine aurait pris la place de la France comme second plus gros partenaire commercial de l’Afrique."

Encore, ces chiffres ne prennent-ils pas en compte les investissements privés, parfois difficile à démêler des actions du gouvernement chinois, les dons aux États, les soutiens à différentes ethnies, le travail à perte et tant d’autres formes d’échanges.

Les deux auteurs ont ainsi pu assister, seuls journalistes occidentaux, au "Forum de la coopération Chine Afrique" , troisième du genre, qui s’est tenu à Pékin en novembre 2006. 48 pays représentés (sur 53 pays d’Afrique, les cinq autres, petits États, restant fidèles à Taïwan), 41 chefs d’État et de gouvernement, une ode à Bandung et aux coopérations Sud-Sud, et de nombreuses images destinées aux télévisions nationales de tout le continent ont formé l’essentiel du contenu des échanges de cette rencontre qui avait été organisée de manière à minimiser autant que possible la présence de journalistes occidentaux. Des accords bilatéraux sans fin ont émaillé la rencontre. La Chine a en effet investi, prêté ou donné près de 50 milliards d’euros ces trois dernières années à presque tous les pays du continent (avec une nette préférence pour les pays détenteurs de pétrole, et notamment le Soudan et le Nigeria, ou de richesses minières, comme la République démocratique du Congo).

À travers leur périple, les auteurs ont pu mesurer que cet investissement outrepassait largement les flux financiers. Élites africaines qui étudient en Chine, connaissance parfaite des chefs d’États et de leurs opposants, construction d’infrastructures de dimensions dantesques… la Chine semble en passe, avec des succès variables, de réussir à tisser une alliance nouvelle et inédite avec presque tous les pays de ce continent.

Le grand jeu de la mondialisation


Rudyard Kipling parlait volontiers du "grand jeu" que menaient, au XIXe Siècle, l’Angleterre et la Russie dans le cadre de leur rivalité coloniale au Caucase et en Asie. Alliances, coups d’États, rebellions, création d’États tampons caractérisèrent cette rivalité.

Tout semble montrer que le continent africain est désormais le théâtre d’un même affrontement. L’Angleterre et la France, anciennes puissances coloniales, y sont toujours présentes. Les États-Unis et la Chine commencent à y croiser le fer dans le cadre d’une rivalité croissante que nombre d’analystes estiment devoir immanquablement entraîner un affrontement armé à l’horizon 2020-2030, et qui suscite aux États-Unis la résurrection du vocabulaire et des approches stratégiques de la guerre froide.

Les enjeux sont considérables. La croissance chinoise, considérable, est pourtant très loin d’assurer les besoins d’une population encore très largement frappée par la pauvreté. Les auteurs rappellent ainsi opportunément le propos d’un scientifique anonyme cité par Le Figaro : "Nous avons 600 rivières en Chine, 400 sont mortes de pollution. On ne s’en tirera pas sans envoyer 300 millions de personnes en Afrique !". Sans aller forcément aussi loin, ce pays qui comptait 3 millions de voitures en 1999 devrait en avoir 100 millions en 2010. Il devra alors importer 10 à 15 millions de barils de pétrole par jour, soit le double de la production de l’Arabie saoudite. Ses besoins en matières première ou en produits agricoles atteindront des proportions difficilement imaginables.

Par ailleurs, avec près de 1 500 milliards de dollars de réserve de change, avec une main d’œuvre bon marché "exportable" avec une grande facilité, avec une tradition de diaspora et une absence de tradition coloniale, avec sa souplesse à l’égard des droits de l’homme et sa diplomatie du jeu de go, la Chine a de sérieux atouts pour devenir une puissance mondiale.

En regard, l’Afrique, avec un taux de croissance supérieur à 5,5% depuis quatre ans et 28 pays africains sur 53 qui auront un taux de croissance supérieur à 7,5% en 2008, avec des réserves connues de pétrole qui augmentent chaque année, mais aussi de l’uranium, des minerais, une production agricole qui n’est pas nulle, des bois précieux et tant d’autres ressources, l’Afrique est un territoire beaucoup plus intéressant que ne le supposaient, jusqu’à présent, les Occidentaux.

Titre du livre : La Chinafrique. Pékin à la conquête du continent noir
Auteur : Michel Beuret, Serge Michel, Paolo Woods
Éditeur : Grasset

(article publié sur Nonfiction)

Aucun commentaire:

Publier un commentaire