dimanche, décembre 13, 2009

LeWeb doit se tenir (vraiment) à Paris

Depuis 2003, Loïc et Géraldine Le Meur résussissent chaque année à rassembler à Paris plus de 2000 passionnés du monde entier, à leur conférence Leweb, et à y faire intervenir les patrons et "gourous" de la Silicon Valley. Plus de 400 journalistes et blogueurs viennent suivre l'événement. Cette année, par exemple, pas moins que Jack Dorsey, CEO et cofondateur de Twitter, venu présenter Square son nouveau service de micropaiement, Marisa Mayer, de Google, et tant d'autres...




Hors quelques amitiés personnelles, cet événement a eu trop peu d'interactions avec l'écosystème de laboratoires et d'entreprises que nous essayons de construire ici. C'est dommage : nos start-ups pourraient prendre là un peu du boost et de la vision de la Silicon Valley, nous pourrions montrer quelques savoir-faire ou concepts assez intéressants... Faire sentir que nous sommes un peu plus qu'un pays de early adopters de toutes ces technologies. Mais globalement, entreprises, laboratoires et pouvoirs publics n'ont pas saisi l'occasion.


"European Gang" @LeWeb 09. Photo Eduardo Arcos sur FlickR.

J'ai rencontré Loïc fin décembre, et j'ai été séduit par le personnage, vraiment sympathique et attachant. Je n'ignore rien de ceux qui taquinent le hâbleur, #lenouveauchucknorris ou ses petits coups de pouces à Sarkozy. Mais Loïc est un grand entrepreneur (Seesmic), un grand communicant, il fait des choses, et de belles choses, et ça, j'admire.


Nous nous sommes donc dit, en septembre, que nous allions essayer de mieux faire résonner cet événement et notre communauté francilienne. Cette année, nous avons fait modeste et sympathique : la ville de Paris a saisi l'occasion de cet événement pour lancer son opération "Point Paris", et son site de soutien. Elle a soutenu financièrement la conférence et a reçu, de belle manière, l'ensemble des participants et bon nombre de nos entreprises sous les ors de l'Hôtel de Ville. Cap Digital a apporté un petit soutien et en a profité pour montrer quelques prouesses techniques et artistiques locales, à l'Hôtel de Ville ou même pendant LeWeb.

Apparemment, ca a porté de premiers fruits.



Nous avons également profité du "Traveling Geek", voyage de blogueurs américains et français très bien relaté par Olivier Ezratty sur son blog pour présenter quelques start-ups à ces blogueurs à La Cantine.


C'est pourquoi, sans prétendre que Cap Digital en est seul responsable, je me réjouis très profondément de certains commentaires qui apparaissent sur les blogs américains, dont celui de David Spark.


Son papier, "The cool and not so cool of Leweb" montre que les messages que nous voudrions faire passer peuvent réellement passer. Il décrit une France accueillante (Our former President is wrong. The French are unbelievably nice - This entire week has been fantastic and the Traveling Geeks have been treated unbelievably well. Everyone. From the people who invited us to any random Parisian I ran into, I’m very impressed with how nice and welcoming everyone has been. Thanks.) et anglophone (The French speak English - It’s been a while since I’ve been to France and I was amazed at how many people speak English. LeWeb is a conference in Paris, but it’s completely in English. The all-English conference is an obvious incentive to draw people from 40+ countries, most notably the U.S., to the conference.) !


Il s'épate de l'un des premiers projets soutenus par Cap Digital (Cool A scannable and identifiable model of Paris - Forget Google Streets, through a project called Terra Numerica by a research group called CiTu, they’ve completely scanned and identified elements all around the city of Paris. This information is now in a database that’s been used by developers to create fly-throughs, simulate a flood’s effect on the city, and test security cameras around the city. Watch a video of the fly-through and my interview with Maurice Benayoun, Artistic Director of CiTu. This was during our Traveling Geeks tour, not LeWeb.).


Il nous donne même quelques précieux conseils : Not-so-cool - Europeans’ fear of failure - While we were visiting the startup incubators I heard multiple times that there’s a European culture of fear of failure. This is quite unlike in the U.S. where failing is a learning experience. In the U.S. we’ve actually got a conference entitled FailCon where we learn from each others’ failures. For some, failure is a badge of honor. I remember talking to one entrepreneur who proudly told me about his seven failed startups.


J'espère pouvoir hacker Loïc lors de l'un de ses prochains passages à Paris, ou lors de l'une de mes visites sur place, et travailler avec lui et nos partenaires pour que ce genre d'échanges et de rencontres puisse être dix fois plus important l'année prochaine.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire