mercredi, mai 05, 2010

Rapport moral à l'Assemblée générale de Cap Digital pour l'exercice 2009

Cap Digital a tenu aujourd'hui son Assemblée générale, qui m'a valu le plaisir d'être reconduit dans mes fonctions de président au nom de ma nouvelle société, MFG-R&D.


Le formalisme de la vie associative demande un rapport moral, ce qui m'a conduit à synthétiser en quelques pages une année absolument passionnante.
J'ai donc le plaisir de vous présenter ce texte un peu dense, mais qui résume une extraordinaire aventure humaine.





Chers amis

Bonjour à tous, et bienvenue aux nouveaux adhérents.

Je vais vous présenter le rapport moral de l’exercice 2009, qui synthétise le rapport d’activité et le rapport de gestion, disponibles sur le site de Cap Digital.

Nous avons parmi nous aujourd’hui de nombreux nouveaux adhérents, et je voudrais donc commencer par un bref rappel de la nature et des objectifs de Cap Digital.

Cap Digital, c’est votre association : une association d’entreprises, d’industriels, de chercheurs, d’universités et d’écoles, impliquant également l’Etat, la Région Ile de France et les collectivités locales. Si nous sommes réunis, c’est que nous voulons contribuer au développement et au rayonnement de la création numérique en Ile de France.
Cap Digital, ce sont donc d’abord des entrepreneurs, des chercheurs, des passionnés, qui travaillent au succès de la création numérique française. C’est pourquoi nous sommes très fiers de pouvoir revendiquer cette année de très beaux succès, au sein de notre communauté et de notre écosystème :
-       L’Oscar gagné par Mikros Images et le collectif H5, qui fait non seulement de Cap Digital le seul pôle de compétitivité à avoir gagné un Oscar, mais qui prouve surtout qu’une PME de la Région est au meilleur niveau mondial ;
-       Les récompenses internationales de très jeunes Start-ups, dont : le Seedcamp winner et le grand prix de l’innovation de la ville de Paris remporté par la jeune société Kwaga, la sélection au Techcrunch 50 et le prix du Web09 remportées par la jeune start-up Stribe à peine sortie de l’incubateur Télécom Paritech ;
-       La diffusion nationale puis internationale de la Cantine de Silicon Sentier, qui nous est chère et dont nous sommes heureux d’être l’un des soutiens, qui a ouvert récemment une représentation en Israël ;
-       La décision d’Universal studios de confier la réalisation d’un long métrage complet à Mac Guff, ce qui est, à ma connaissance, une première en France ;
-       Le tout récent succès mondial de Heavy Rain, le dernier jeu de Quantic Dream.
-       Ou encore l’extraordinaire succès de Parrot au Consumer electronic show ;






Comme tous les pôles de compétitivité, Cap Digital a été fondé par l’Etat et a contracté différentes conventions avec les pouvoirs publics, qui lui donnent ses moyens et sa légitimité.
Mais nous sommes d’abord une association, qui choisit elle-même sa stratégie, comme elle le fera tout à l’heure en renouvelant ses instances de gouvernance.

Cap Digital développe ou soutient de nombreuses initiatives. Mais il s’efforce surtout d’apporter soutien, cohésion et visibilité à vos efforts pour faire rayonner la création numérique française. C’est un point de rencontre et de stratégie collective, une interface, un facilitateur. Il ne cherche ni à se substituer à l’Etat, ni à devenir une superstructure au dessus des entrepreneurs.

Notre secteur est très important en Ile de France : plus de 10 % des emplois concernent les TIC – c’est la Région la plus importante d’Europe. Plus de 6 % des emplois ressortent de la création intellectuelle. La moitié de la recherche privée et publique sur le numérique se concentrent ici. Nous avons des talents, des entreprises, une recherche et des infrastructures de niveau mondial.
La Région parisienne est déjà l’une des quatre ou cinq principales régions au monde sur la création numérique. Il faut simplement cultiver une vision commune, une ambition partagée, et une stratégie industrielle offensive.
Avec ses 16 permanents, l’engagement constant de ses adhérents, et un fort soutien des pouvoirs publics, Cap Digital s’efforce de contribuer à cette ambition.

Trois convictions structurent cette action :
  1. Nous devons savoir passer de la recherche à l’innovation et de l’innovation aux succès commerciaux, des PME comme des grands groupes ;
  2. Nous devons compléter l’innovation planifiée à la française par les autres formats d’innovation : innovation ouverte, collaborative, sociale, prototypage rapide, ruptures stratégiques : ce sont eux qui ont fait la force du numérique ;
  3. Il n’existe pas de puissance intellectuelle ou industrielle sans un écosystème varié, dense, ambitieux et riche de nombreuses interactions.

Fort de ces convictions Cap Digital a lancé ou soutenu de nombreuses initiatives, qui peuvent être résumées en quatre directions :
  1. Incubation, accompagnement, et financement de projets de R&D collaborative ;
  2. Soutien à la croissance des PME innovantes (incubation, financement, formation) ;
  3. Dynamisation de l’écosystème : soutien aux lieux de coworking, organisation d’événements, think tank ouvert…
  4. Liens avec les autres écosystèmes de création numérique, régionaux, européens ou mondiaux, et aide au développement international de nos adhérents.

Ces quatre priorités structurent les activités que je vais vous présenter brièvement.


Vie de l’association

L’association Cap Digital a poursuivi son développement en 2009, avec notamment 172 adhérents supplémentaires.

2007
2008
2009
Nombre d’adhérents
286
318
490
Dont PME
220
251
414
Dont GE
17
14
16
Dont Etablissements publics
35
41
48

50 adhérents ont notifié leur départ (fermeture, changement de pôle ou pas d’utilité du pôle pour leur projet). 80 autres adhérents n’étaient pas à jour de cotisation à la clôture des comptes.

Quasiment tous les adhérents ont bénéficié au moins d’un projet de recherche, d’un programme du think tank, d’un accompagnement personnalisé ou d’un programme à l’international. En moyenne, chaque adhérent a déposé trois projets de recherche.

Pour gérer une telle augmentation, il a fallu repenser l’organisation. L’intensification du travail avec les communautés de domaine, mise en œuvre en 2009, est un levier important de cette réorganisation. Les 9 communautés de domaine (Jeu vidéo, Design numérique, Culture Presse Media, Image Son et Interactivité, Robotique et objets communicants, Éducation et Formation numérique, Services et usages, Ingénierie des connaissances, Logiciel libre) et les trois commissions techniques qui organisent les labellisations sont désormais les piliers du pôle de compétitivité.

Soutien à la recherche et au développement

En 2009, Cap Digital a continué à défendre les projets de ses adhérents devant 8 guichets de financement différents. Les projets reçus, évalués et labellisés ont été en forte augmentation, de même que les financements obtenus par les adhérents.


2007
2008
2009
Nombre de projets reçus
109
213
427
Nombre de projets labellisés
53
76
225
Nombre de projets financés
40
59
116
Montant des aides publiques
49M€
48,8 M€
78,8 M€


Comme au précédent exercice, on peut se féliciter de ce que cette augmentation bénéficie à l’ensemble de nos adhérents, puisque les 2/3 des membres de Cap Digital, et les ¾ des PME, ont déposé des projets.
Ces montants placent à nouveau Cap Digital parmi les tous premiers pôles français, ce dont nous nous réjouissons. La part des PME dans ces succès a continué à croître puisque 392 PME étaient engagées dans des projets labellisés, contre 144 en 2008.

De manière assez frappante, ces projets ont permis à la communauté Cap Digital de prendre des positions assez intéressantes dans des domaines très prometteurs où nous n’étins pas forcément attendus : smart grid, e-santé, ville durable, etc.

Il faut souligner et saluer l’énorme travail de la délégation, des commissions techniques et des experts. Non seulement chaque projet reçu a été examiné par deux experts, mais leur travail est allé de l’accueil amont des porteurs de projet, jusqu’à l’accompagnement à la conception, la labellisation puis le soutien des projets en recherche de financement.

Il ne faut pas oublier non plus que nous avions affaire à un contexte de plan de relance et que rien ne garantit la poursuite de cette progression dans les années à venir.

2009 a également vu l’aboutissement de certains des projets de la première vague, et nous avons pu constater avec plaisir les résultats très probants, et les succès commerciaux, de technologies développées dans le cadre des projets Infom@gic, Terra Numérica, Play All, HD3D (qui ont tous contribué à nourrir les prototypes de Futur en Seine) ainsi que les premiers succès du projet THD qui a gagné le prix européen du FTHC de « meilleur projet marketing et business innovation ». Il est également satisfaisant de noter que nombre de ce projet ont donné lieu à des suites qui ont permis de rassembler de nouveaux partenaires sur les mêmes socles technologiques.

Développement des services aux adhérents

Le financement de la R&D collaborative n’est que l’un des axes de l’action de Cap Digital. En 2009, toutes les actions ont connu la même progression, avec notamment
-       le démarrage d’un service d’accompagnement des PME de croissance (en recherche de financement ou de soutien),
-       limplication du pôle dans les comités de sélection de nombreux incubateurs,
-       un net engagement vers l’international
-       le démarrage d’un programme Think Tank qui a mobilisé plus de 800 personnes et reçu de nombreuses personnalités.
-       Une attention toute particulière apportée à la problématique emploi et formation, qui est l’un des aspects clés de la vigueur de notre écosystème, et l’une de nos responsabilités née de l’ampleur du soutien public à nos projets.
Je vous présente quelques chiffres de cette activité :


2008
2009
Soutien à la croissance des entreprises


PME différentes dans ateliers financement
-
133
PME différentes dans ateliers développement
-
54



Développement européen


PME sensibilisées projets européens
-
150
PME diagnostic personnalisé Europe
-
53
PME accompagnées pour dépôt  de projet
4
18
PME dans projets européens financés
-
6



Développement international


Nombre de participants dans missions internationales
15
90
Nombre de PME différentes impliquées dans missions internationales
12
57



Think Digital


Nombre de participants aux ateliers Think Digital
-
845



Animation écosystème


Nombre d'événements suivis (hors Think Digital et ateliers)
26
45
dont événements internationaux en France
12
16
dont événements à l'étranger
7
12

C’est un accroissement impressionnant, qui me conduit à nouveau à féliciter l’équipe.
Il devra probablement nous conduire aussi à réfléchir aux moyens de recentrer l’action de notre association sur les actions ayant le plus fort effet de levier…

Budget

Avec un maintien des soutiens publics et d’importants financements complémentaires (Publics, mais aussi privés, pour Futur en Seine, Etat et Région pour le plan filière), Cap Digital a exécuté en 2009 un budget en forte croissance : près de 4,5 millions d’euros en 2009.
Un rapport de gestion complet est disponible en ligne et va vous être brièvement présenté tout à l’heure.
Je voudrais juste en souligner quatre aspects :
-       C’est un budget en quasi équilibre : la « perte » de 36 000 euros résultent de la décision d’allouer 60 000 euros à Futur en Seine et est financée par l’excédent de 103 000 euros constaté en 2008 ;
-       C’est un budget essentiellement constitué d’achats de prestations au service des adhérents ou des projets de pôle (2,8 millions) ;
-       Son montant est exceptionnel et lié à l’événement Futur en Seine ;
-       L’effort considérable consenti par nos partenaires publics a été accompagné progression de des financements privés, rendue possible par l’augmentation du nombre d’adhérents et par la mise en place des « success fees » sur les projets financés.
Je crois que nous pouvons, là encore, féliciter la délégation générale pour la remarquable tenue des finances de notre association.

Retour sur quelques moments forts de l’année 2009

2009 a également connu plusieurs moments forts qui ont fortement contribué à structurer notre action et notre audience :

Futur en Seine. En juin 2009, Cap Digital a lancé Futur en Seine, manifestation festive, populaire, gratuite, sur le futur de la ville numérique. Pendant 10 jours, sur 40 sites, La Région a été remplie de prototypes futuristes, de tables rondes, conférences, expositions et expérimentations dans la ville. Futur en Seine a touché plus d’un million de visiteurs dont 200 000 impliqués dans différentes expériences.
Cette première édition a rencontré un bon succès dont de nombreuses retombées presse qui ont sans doute fait évoluer la vision des médias grand public de nos talents. Elle a permis d’inviter de prestigieuses personnalités étrangères (comme la conférence World Information City), de mettre en valeur nos entreprises et laboratoires et de donner lieu à de nombreuses rencontres professionnelles (comme Dimension 3 – qui aura à nouveau lieu les 1,2 et 3 juin prochains), mais aussi de soutenir des événements « hacktivistes » comme Pas Sage en Seine (dont la deuxième édition aura lieu du 14 au 16 mai prochains).
L’opération a été financièrement équilibrée : grâce au soutien de nombreux partenaires, au premier rang desquels la Région Ile de France, le financement direct par Cap Digital étant limité à 60 000 euros.
L’ensemble des partenaires considèrent que cet événement a le potentiel pour devenir un grand événement international récurrent (biennal), stimulant l’innovation, contribuant au développement économique, renforçant l’attractivité, et surtout ouvrant des relations nouvelles avec nos publics.
Je tiens à remercier tout particulièrement les partenaires de cet événement, l’équipe de Cap Digital et de Futur en Seine, qui ont fourni un effort extraordinaire. Et j’ai le plaisir de vous annoncer que le pôle travaille à un Futur en Seine 2011 pour lequel la Région Ile de France a déjà lancé un premier appel d’offre qui devrait être prolongé par un autre en mai 2010. La promotion internationale des projets FenS a été lancé en collaboration avec l’ARD, et trois missions seront organisées en Asie (Shanghai, Séoul, Tokyo) d’ici fin 2010.

Le lancement d’appels à projets thématiques dans le cadre du plan de relance. Pour les appels Web2, Sérious game et Proxima mobile, dont nous avons fortement soutenu le lancement, Cap Digital a traité en quelques semaines plus de 200 projets déposés, soit environ le tiers des projets déposés au niveau national. Les projets labellisés par Cap Digital et retenus aux financements ont obtenu environ la moitié du montant total de ces programmes. Je remercie nos partenaires qui nous ont aidé à mobiliser les entreprises et laboratoires, en particulier Silicon Sentier, la FING, Capital Game et Mobile Alley.

Dispositif d’accompagnement face à la conjoncture. Si, dans un premier temps, nos entreprises ont été relativement épargnées par la crise financière, de déroulement de l’année 2009 a montré un impact croissant notamment de la frilosité accrue des banques face aux besoins en trésorerie. Aussi, Cap Digital, avec le soutien de la DRIRE et de la Région a-t-il mis en place un dispositif d’accompagnement face à cette crise, permettant un accueil personnalisé des entreprises en difficulté, un diagnostic personnalisé, et l’orientation, selon les besoins, vers la recherche de fonds propres, la renégociation de la dette (avec la CGPME) ou des dispositifs d’allégement des charges notamment grâce au recours aux formations. Vingt entreprises ont bénéficié de ce dispositif.

Les Entretiens du nouveau monde industriel. Comme chaque année, Cap Digital a proposé, avec le Centre Georges Pompidou (IRI), l’ENSCI et la FING, les Entretiens du nouveau monde industriel, qui ont rassemblé, pendant deux jours, des entreprises, des chercheurs, des penseurs de dimension internationale et des designers. Nous avons travaillé cette année sur l’Internet des objets, et renouvellerons cette manifestation en décembre prochain autour de la question des technologies micro et nano et de l’inscription du corps dans le nouveau monde numérique. Nous avons beaucoup de chance de bénéficier d’un tel format d’échange et de réflexion.

Je parlerai enfin des Assises de l’éducation et de la formation numérique, qui bien que s’étant déroulées en 2010 n’ont été rendues possibles que par un travail continu de la communauté éducation/formation. Désireuse de contribuer au développement des pratiques d’éducation et de formation numérique, notamment dans un contexte de Grand emprunt, cette communauté a rassemblé plus de 450 participants pendant deux jours. Pour la première fois en France, les quatre communautés de l’Education scolaire, Education supérieure, Formation professionnelle et Education informelle ont pu travailler ensemble, en réunissant les professionnels, les parents d’élèves, les enseignants, les chercheurs en sciences de l’éducation et les responsables de l’éducation nationale. Nous nous réjouissons d’une telle initiative qui a permis de lancer 15 groupes de travail sur des projets concrets et de recevoir des intervenants internationaux de premier rang mondial.

Le dernier point que je voudrais souligner est l’implication croissante de Cap Digital dans le débat public. Grace à la qualité de notre travail collectif, et notamment des débats au sein du CA, nourris par le Bureau exécutif et le think tank, Cap Digital est désormais sollicité dans de très nombreux projets. Nous avons ainsi pu apporter des contributions souvent déterminantes aux travaux suivants :
-       Commission pour l’emprunt national ;
-       Commission pour la libération de la croissance ;
-       Groupe de travail sur le cluster de la création dans le cadre du Grand Paris
-       European Digital Think Tank
-       Etats Généraux de l’Industrie
-       Ainsi que de nombreuses réflexions partagées avec les ministères de l’Industrie, de la Ville, de l’Education nationale, de la Culture et le secrétariat d’Etat à l’économie numérique.
Je crois que cette nouvelle audience est une bonne chose pour nous tous.

Rendez-vous et enjeux 2010

Avant de conclure ce rapport moral, je voudrais partager avec vous quelques-uns des rendez-vous et des enjeux de l’exercice 2010.

Cinq rendez-vous nous attendent prochainement :
1-     Le Grand emprunt, auquel nous avons consacré un atelier ce matin. Si le Grand emprunt n’épuise pas les politiques industrielles ou de recherche, il n’en demeure pas moins très structurant. Cap Digital, qui a défendu la place du numérique dans ce Grand emprunt, continuera à accompagner ses membres et ses communautés dans la mesure de ses moyens. Au-delà de vos actions respectives, que je vous incite à poursuivre, le pôle s’est aujourd’hui particulièrement impliqué dans quatre questions : Cloud computing, e-education, numérisation du patrimoine et IRT.     Je voudrais insister sur l’importance de ces IRT. Le gouvernement a annoncé la création de  à 10 « Instituts de recherche technologique », dotés au total de 2 milliards d’euros de financements.       
Nous croyons profondément à l’intérêt de telles institutions consacrées au transfert de technologies entre la recherche et les entreprises. Nous croyons également à l’importance de soutenir les formats d’innovation qui caractérisent notre écosystème : innovation ouverte, innovation sociale, innovation collaborative. Et nous croyons enfin que cette politique d’IRT va structurer durablement les politiques industrielles.     
Nous souhaitons donc soutenir et obtenir la création d’un IRT « Vie numérique », fondé sur nos laboratoires, au service de notre communauté, et soutenant nos formats d’innovation. Patrick Cocquet nous sollicitera prochainement pour ce dossier, j’espère que nous serons au rendez-vous comme nous l’avons étés pour la création de Cap Digital.           
2-     La consultation publique qui sera lancée par l’établissement des investissements stratégiques et le secrétariat d’Etat à l’économie numérique. Les réponses à cette consultation publique seront importantes, et j’espère que vous saurez vous mobiliser dans vos communautés et pour enrichir une contribution « Cap Digital ».
3-     L’ouverture de Cap Digital à la communauté des financeurs : capitaux risqueurs et business angels. Le CA a décidé de vous proposer la création d’un cinquième collège destiné à cette communauté, et la création de deux à trois nouveaux sièges d’administrateurs. Une Assemblée générale extraordinaire vous sera proposée prochainement, qui permettra également de toiletter nos statuts.
4-     L’ouverture d’une communauté innovation sociale, qui nous permettra de donner encore plus de sens à nos savoir-faire mais aussi de puiser dans le potentiel de ces nouveaux formats d’innovation et d’expérimentation ;
5-     Enfin, il nous faudra dans les semaines qui viennent lancer Futur en Seine II, avec une organisation nous permettant d’augmenter encore la mobilisation autour de cet événement, et sa puissance d’impact.

Au-delà de ces rendez-vous, déjà fixés, je voudrais partager avec vous quelques enjeux qui me semblent être extrêmement importants pour cette nouvelle année :
1-     Repenser certains de nos formats d’action pour tenir compte de notre croissance. Avec bientôt 600 adhérents, et sauf à doubler l’équipe, il va falloir trouver de nouveaux formats et de nouveaux leviers d’action. Cet objectif, ainsi que progression vers un plus large autofinancement mobiliseront la nouvelle représentation que vous allez élire/
2-     Renforcer notre travail avec les autres pôles de compétitivité, notamment pour explorer les interfaces (villes et développement durable, e-santé, etc.). Mais en même temps défendre les spécificités de nos formes de création et d’innovation ;
3-     Accueillir les nouveaux adhérents et leur faire prendre toute leur place dans la vie de l’association ;
4-     Réussir l’internationalisation de notre communauté.


Conclusion

Pour conclure, je voudrais tout d’abord vous remercier de ce mandat, qui a été passionnant de bout en bout, pour tout ce que nous avons fait ensemble cette année et pour les aventures exceptionnelles que j’ai pu ainsi rencontrer.
Je me représenterai tout à l’heure à nouveau à vos suffrages, mais je voulais vous dire maintenant combien souvent j’ai ressenti une grande fierté, au cours de ces 18 mois, à être le président de Cap Digital.

Je vous remercie

Aucun commentaire:

Publier un commentaire